mariano mateljan est croate producteur de deep-house il a sorti deux jours et pigeon boxer sur infuse

Mariano Mateljan : l’interview

Mariano Mateljan est un dj qui sait ce qu’il fait et qui le fait bien.
Généreux et talentueux, Mariano Mateljan a su imposer son propre style et plaire à un public toujours plus fun et ouvert d’esprit. Producteur de deep-house, membre du Fuse London et fêtard invétéré, le jeune croate a plus d’un atout pour enflammer les soirées et les rendre mémorables…

 
Entretien avec un mec aussi cool qui l’en à l’air.

Batiste de Pépites Troniques : Salut Mariano…

Salut !

Peux-tu te présenter ?

Bonjour à tous, je m’appelle Mariano Mateljan, j’ai 24 ans et je viens de Split en Croatie. J’aime manger, cuisiner, faire de la musique et la jouer.

Depuis quand es tu passionné par la musique ?

J’ai toujours aimé écouter de la musique, mais je pense que c’est vers 14-15 ans que j’ai réalisé que je pouvais essayer de faire quelque chose avec elle.

Quand as-tu commencé à produire ?

J’ai commencé à mixer vers 16 ans et j’ai commencé à produire à 20.

Y a-t’il des artistes qui t’influencent ?

Certainement et ils sont nombreux à m’influencer avec leur musique, leur originalité et leur vision des choses.
Onur Ozer, Vlad Caia, Cristi Cons, Faster, Ferro, Cabanne, Archie Hamilton… Oh ! j’en aurais pour des jours à les citer. Y en a trop !

Ta dernière production Deux jours qui est sortie sur Infuse est une véritable pépite tech-house ! Ou vas tu chercher toute cette inspiration pour produire un son de dinue comme celui-ci ?

Merci !
J’ai réalisé cette track en Mars 2013, c’était une période qui m’a beaucoup inspiré.
Le morceau s’est écrit en deux jours et c’est pourquoi je l’ai appelé Deux jours en français et c’est sorti sur Infuse.
Infuse est le label du club Fuse de Londres et je suis très heureux de faire parti de l’équipe. J’ai toujours été un vrai fan inconditionnel de ses fêtes et ses artistes.





La dernière fois tu nous as envoyé un e-mail en nous disant que tu étais sur la route…

Oui, j’ai joué à Berlin au Arena Club et c’était vraiment bon ! J’ai eu la chance de jouer avec une amie Julie Marghilano : c’est une véritable artiste et une personne incroyable. Si vous avez l’opportunité de la voir ne le ratez sous aucun prétexte.
La semaine prochaine, je jouerai à Milan pour une « Pleasure Party » aux côtés d’un autre très bon ami : Manuel De Lorenzi. En plus d’être un bon dj, c’est un excellent cuisinier ! Que de bonnes choses en perspective !

As tu un souvenir marquant lors d’un gig ?

Il y a toujours des moments mémorables quand tu es sur la route qu’ils soient bons ou moins bons ! Bien que je dois dire qu’un des plus mémorable a été en Février 2013 au Classic Club à Rimini. Ce fut l’un des souvenirs les plus marquants. J’ai vraiment envie d’y retourner car les italiens savent vraiment faire la fête !

Tu as signé sur de nombreux labels dont Earlydub records avec ta production Smoke and Mirror, sur Pins and Needles avec Big Dad Belly ou encore sur Yekton Music avec Positive Match et maintenat sur Infuse… Quel est le prochain ?

Il y a une production qui va sortir sur Infuse en Décembre 2013 et elle s’appelle Pigeon Boxer. Elle sera disponible en vinyl et digital. Pigeon Boxer est certainement m’a préférée de toutes celles que j’ai faites cette année. Je suis assez fier car la version finale après masterisation sonne exactement comme je voulais. Aussi de nombreux artistes dont tINI, Enzo Siragusa, Robert Dietz, Gel Abril, Yaya et d’autres l’ont joués pendant des mois, donc oui, je suis assez content pour être honnête !

Comment se porte la scène électronique croate ?

Il ya quelques années de ça il y avait une scène importante en Croatie. C’éatit il y a une dizaine d’années de ça, c’était l’époque de la techno rapide et funky. En 2010 on a vraiment senti la scène électronique s’essouffler. Les fêtes étaient moins pleine qu’avant et l’ambiance était différente. De mon point de vue c’est que les gérants des clubs n’ont pas vraiment compris l’importance de la musique underground et l’efficacité d’un vrai bon sound-system.
Il y a aussi beaucoup d’agences indépendantes qui essaient de faire un max de fric en peu de temps. Je pense que beaucoup de gens s’ennuient d’écouter les mêmes djs toute l’année et la musique n’a jamais vraiment évoluée ici. La globalité des sons restent dans la catégorie techno mais surtout une techno rapide. Quand tu commences à jouer des son plus deep et lent, tu es directement catégorisé comme un outsider. Le principal problème c’est que les gens continuent d’écouter la musique pour la réputation du dj plutôt que la musique en elle-même.
Malheureusement, ici, les gens ne sont pas très ouverts d’esprits pour de nouvelles expériences.
Petar Dundov est le seul artiste croate qui s’est fait connaître à l’international. Mais honnêtement, je ne l’ai jamais vu comme un croate mais plutôt comme un étranger à mes yeux.

Il y a quand même de nombreux festivals en été en Croatie…

Oui il y en a beaucoup en été, ils sont vraiment énormes et grossissent chaque année.
Les organisateurs sont principalement anglais et italiens. Quand tu vas sur les festivals Hideout, Unknow et Stop Making Sense… 95% du public est anglais. Sur des festivals comme Barrakud, il y a une majorité d’italiens. Aussi il y a le Sonus qui accueille une grande mixité de nationalités et c’est celui que je préfère.

Pour changer de sujet mais pas des moindres, comment est agencé ton home-studio ?

J’utilise en général mon Macbook, des enceintes Yamaha hs80 et je compose dans une bonne salle acoustique (c’est le plus important pour moi).
J’enregistre et j’échantillonne beaucoup aussi. Je trouve que ça donne une touche organique à mon son. Pour les séquenceurs, j’utilise principalement Ableton Live car il est très intuitif. Mais au fnal si tu sais ce que tu fais, le séquenceur n’est pas très important… Ca peut être Live, Logic, Cubase et même Fuity Loops.

Ton point de vue sur la musique électronique ?

Je la vois en constante évolution. Elle se développe jour après jour. J’aime la techno deep et dubby… Je ne peux malheureusement pas la jouer en Croatie car les sound-systems sont mauvais et le public préfère écouter des sons commerciaux.

Juste comme ça, quelle est ta citation favorite ?

« Ne prenez pas la vie trop au sérieux, de toute façon vous n’en sortirez pas vivant.» Eckhart Tolle.

Ou peut on t’écouter sur Internet ?

Sur ma page Soundcloud il y a toutes mes previews et mes podcasts.

Et sur ma page Beatport il y a toutes mes prods.

Quels sont tes projets ?

Comme, je l’ai dit plus haut ma track Pigeon Boxer est sans aucun doute la sortie la plus attendue pour la fin de l’année sur Infuse.
Je travaille sur d’autres morceaux et d’autres co-productions mais je ne peux pas trop en dire. Il va y avoir beaucoup de surprises en 2014 !
Je pense surtout que je vais continuer à jouer et faire de la musique avec passion, sinon ça marche pas !

Un dernier mot ?

Merci d’avoir perdu votre temps à lire cet interview et j’espère venir jouer en France très prochainement !

Merci Mariano pour le temps que tu nous a accordé, ton style et ta musique !

Merci !





Mariano Mateljan sur Soundcloud

Mariano Mateljan sur Facebook

Mariano Mateljan sur Resident Advisor

Ces articles vont vous intéresser