You are currently viewing Le pianiste américain Bruce Brubaker sort un nouvel album intitulé <em>Eno Piano</em> via InFiné

Le pianiste américain Bruce Brubaker sort un nouvel album intitulé Eno Piano via InFiné



Pour son 12ᵉ album, Bruce Brubaker a choisi d’interpréter des pièces de Brian Eno et notamment du mythique « Music for Airports », au piano mais en utilisant également de nouveaux « archets » électromagnétiques qui font vibrer les cordes à l’intérieur du piano, créant ainsi des harmoniques ou des vibrations plus complexes et colorées. C’est une technique novatrice, car ces archets sont normalement utilisés sur des guitares

 
Comme Brian Eno l’a déclaré : « le studio est un instrument de musique ». A son tour, Bruce Brubaker affirme qu’« un instrument de musique peut être un studio. »
 
Un seul instrument peut-il transmettre une musique d’ambiance créée à l’origine à l’aide de techniques de studio et de boucles de bandes magnétiques ? Le 10 novembre 2023, InFiné sortira le 12e album studio du musicien américain Bruce Brubaker, Eno Piano, qui comprend une sélection de l’emblématique musique ambient de Brian Eno, dont Music for Airports. Eno Piano est le compagnon de l’album Glass Piano (2015) de Bruce Brubaker, qui fut acclamé par la critique – même les couvertures des deux albums sont proches. Désigné par Pitchfork comme « l’un des pianistes les plus passionnants de la scène classique américaine contemporaine », Brubaker, dans Eno Piano, montre que, tout comme le studio peut être un instrument de musique, un seul instrument de musique peut aussi être un studio.
 
La musique de Brian Eno fait partie intégrante du minimalisme musical basé sur la répétition, pratiqué par Philip Glass, Terry Riley et d’autres au XXe siècle. En 1971, Philip Glass s’est produit au Royal College of Art de Londres. Dans le public se trouvaient deux jeunes de 23 ans : David Bowie et Brian Eno. La musique de Glass a exercé une influence déterminante sur Eno. Plus tard, Philip Glass a écrit trois symphonies basées sur les trois albums de la trilogie berlinoise d’Eno et Bowie. Eno Piano reconnaît ce lien artistique profond. Des morceaux supplémentaires seront publiés au début de l’année 2024.
 
Les capacités uniques de Brian Eno lui ont permis d’initier un nouveau genre, la musique ambient. Après avoir passé des heures à attendre un vol à l’aéroport de Cologne-Bonn, Eno s’est senti frustré par l’atmosphère peu inspirante de l’aéroport. C’est à ce moment-là qu’il conçoit un album de musique « conçu pour les aéroports ».
 
Dans les notes de pochette originales de 1978, le pianiste explique :
 
 

« Alors que la musique d’ambiance conventionnelle est produite en supprimant tout sentiment de doute et d’incertitude (et donc tout intérêt véritable) de la musique, la musique ambient conserve ces qualités. Et alors que leur intention est d' »égayer » l’environnement en y ajoutant des stimuli (ce qui est censé atténuer l’ennui des tâches routinières et niveler les hauts et les bas naturels des rythmes corporels), la musique ambient a pour but d’induire le calme et un espace de réflexion. La musique ambient doit pouvoir s’adapter à plusieurs niveaux d’attention sans en imposer un en particulier ; elle doit être aussi anecdotique qu’intéressante. »

 
 
L’entrelacement de la musique et de la technologie ainsi que les collaborations, qui ont été essentiels à la réalisation d’Eno Piano, reflètent la vie de Brian Eno en matière de collaboration et de création de communautés musicales. Ces morceaux sont la musique d’Eno, avec les contributions significatives de Rhett Davies, Robert Wyatt, Dieter Moebius, Hans-Joachim Rodelius, Harold Budd, Jon Hopkins et Leo Abrahams. Dans le classement de Pitchfork des 50 meilleurs albums ambient de tous les temps, Music for Airports occupe la première place.
 
Eno Piano est né, en 2017, d’une question :
 
 

« Avec toutes ces notes soutenues dans la musique, Music for Airports de Brian Eno peut-elle être jouée sur un piano ? »

 
 
Brubaker a entendu le pianiste de jazz Evan Allen expérimenter un EBow à l’intérieur d’un piano (un EBow est un dispositif électromagnétique utilisé pour produire des notes longues en faisant vibrer la corde d’une guitare électrique). Bruce a ensuite rencontré Florent Colautti, l’inventeur français qui mettait au point des dispositifs électromagnétiques suspendus au-dessus des cordes d’un piano pour produire de longues notes de musique.
 
Les premières transcriptions pour piano de Music for Airports d’Eno ont été réalisées en 2019, mais (en raison de la pandémie) l’enregistrement a été reporté à 2022, ce qui a donné à l’artiste le temps d’élargir le répertoire pour y inclure plusieurs pièces plus courtes d’Eno (notamment The Chill Air et By This River), et à Colautti le temps d’affiner les archets de piano. Alexandre Cazac, fondateur d’InFiné, et Martin Antiphon, producteur et ingénieur, ont tous deux apporté une contribution importante à la production et à la post-production d’Eno Piano, en utilisant les dernières technologies de spatialisation de l’IRCAM.
 
Dans Eno Piano, l’archétype du piano n’est plus limité par l’espace ou le temps. Ici, la technologie du son renforce la sensibilité artistique et la présence de l’auditeur dans l’instant. L’instrument est réimaginé, refondu. Les frontières habituelles du temps et du son se relâchent, permettant la formation d’une nouvelle beauté du XXIe siècle.
 




Eno Piano n’est pas seulement le titre d’un album. Bruce Brubaker s’est exprimé :
 
 

« J’ai joué sur un piano Steinway pendant les sessions d’enregistrement. Mais en utilisant des archets électromagnétiques et d’autres moyens de faire vibrer le piano, j’ai voulu créer un nouvel instrument, un « Eno Piano ». »

 
 
Sur le plan sonore, le disque est une combinaison du jeu de Bruce au piano et de sons de piano produits à l’aide de nouveaux « archets » électromagnétiques qui font vibrer les cordes à l’intérieur du piano, créant ainsi des notes bourdonnantes (ou drone). Suspendus au-dessus des cordes du piano, les archets sont parfois activés directement, mais ils réagissent parfois à une piste de piano jouée par les archets – c’est-à-dire que des signaux audio subtils sont utilisés pour activer et désactiver les archets. Les archets peuvent faire en sorte qu’une corde de piano produise sa tonalité fondamentale, des harmoniques ou des vibrations plus complexes et colorées.
 
L’album s’inscrit dans une longue et fascinante tradition d’artistes qui copient, réaffectent et réinvestissent des œuvres d’art plus anciennes : Sherrie Levine photographiant des photographies de Walker Evans, le groupe Mostly Other People Do The Killing produisant les sons de Kind of Blue de Miles Davis, Metal Machine Music de Lou Reed joué en direct par Zeitkratzer.
 
À porpos de cette démarche artistique, Brubaker a expliqué :
 
 

« C’est un peu comme lorsque vous allez dans une pâtisserie de luxe et que vous voyez une version détaillée de l’Empire State Building – mais elle est faite de gâteau. , explique Brubaker.Dans cet album, la musique est très détaillée, elle ressemble à l’original, mais elle est entièrement faite de sons de piano, de gâteau ! J’adore ça – le va-et-vient entre ce qui est « réel » et ce qui est « de studio », et je ne sais plus ce qui est vrai. Suis-je en train d’imiter quelque chose qui n’était qu’une imitation au départ ? J’ai passé du temps à apprendre à jouer certains rythmes de manière à ce qu’ils ne sonnent pas humains – il n’y a donc pas de battements réguliers, ce qui donne l’impression de quelque chose d’imprévisible. »

 
 
Pendant l’enregistrement d’Eno Piano, un exemplaire du jeu de cartes « Oblique Strategies » de Brian Eno et Peter Schmidt se trouvait dans le studio. Parfois, ces réponses à des questions artistiques ont guidé le processus créatif. La plus importante étant la suivante : « la répétition est une forme de changement ».
 
Alexandre Cazac décrit Eno Piano en ces termes :
 
 

« C’est comme le désert, tout semble complètement immobile, mais en réalité les dunes sont en mouvement, poussées par le vent. C’est la même chose avec la magie d’Eno, tout semble simple et facile, mais ce n’est pas du tout le cas. Je pense qu’en utilisant de nouveaux outils d’enregistrement et de production, nous avons fait un premier pas vers l’ère post-ambient à la manière personnelle de Bruce. »

 
 
Dans Eno Piano, le piano, l’un des premiers « synthétiseurs », devient un nouveau type de boîte de résonance fantastique – un synthétiseur surnaturel. L’album est une redécouverte fascinante, une réinterprétation, une « re production » de la musique emblématique de Brian Eno, des mains d’un virtuose visionnaire.

 

À propos de Bruce Brubaker :

 

© Bruce Brubaker

 
Bruce Brubaker est un musicien, artiste, pianiste de concert et écrivain américain.


Streamer/Commander l’EP Eno Piano de Bruce Brubaker via via InFiné

 

 
Tracklist du LP Eno Piano :
 
1. Bruce Brubaker – « Music for Airports », 1/1
2. Bruce Brubaker – « Music for Airports », 2/1
3. Bruce Brubaker – « The Chill Air »
4. Bruce Brubaker – « By This River »
5. Bruce Brubaker – « Music for Airports », 2/2
6. Bruce Brubaker – « Emerald and Stone »
 
Site officiel de Bruce Brubaker
Suivre Bruce Brubaker sur Facebook
Suivre Bruce Brubaker sur Instagram
Suivre Bruce Brubaker sur X
Regarder Bruce Brubaker sur YouTube
Discographie de Bruce Brubaker sur Bandcamp
Écouter Bruce Brubaker sur SoundCloud