You are currently viewing Honey Dijon dévoile son titre « Work » feat. Dave Giles II, Cor.Ece & Mike Dunn, quatrième extrait de son prochain album à venir « Black Girl Magic » via Classic Music Company

Honey Dijon dévoile son titre « Work » feat. Dave Giles II, Cor.Ece & Mike Dunn, quatrième extrait de son prochain album à venir « Black Girl Magic » via Classic Music Company



L’inimitable Honey Dijon est de retour avec le quatrième extrait de son prochain album Black Girl Magic. Cette fois, elle s’est associée à certains des membres les plus proches de Classic Music Company pour une collaboration qui fait autorité et qui combine des instruments live, une production féroce et une gamme dynamique de talents vocaux et de musiciens. Propulsé par un corps de club musclé et coproduit par Luke Solomon, fondateur de Classic, et Chris Penny, ami de longue date du label, le parolier captivant Dave Giles II (Dave + Sam), l’auteur-compositeur-interprète de Brooklyn Cor.Ece et la légende de la house Mike Dunn ajoutent des couches de texture vocale à l’album, tandis que les instruments enregistrés en direct et l’approche vibrante typique de Honey donnent à « Work » son attrait infini pour le dancefloor.

 
Le point d’origine de la house music peut être retracé de manière définitive à Chicago, où la forme est née en réaction au disco et a été popularisée par ses géniteurs noirs, principalement homosexuels, dans la boîte de nuit The Warehouse du South Side, d’où le genre tire son nom. Mais la house a également trouvé un foyer à New York, une ramification qui s’est enracinée de façon plus distincte dans la scène des salles de bal de Harlem à la fin des années 80. Ici, la house a pris une énergie plus staccato et fougueuse, propulsée par les MC du bal qui crachaient des mots sur chaque mesure et au rythme des artistes qui se voguaient, se pavanaient et servaient le visage. Cette approche a façonné l’esthétique « en mode » de la house des années 90 et a défini le genre comme emblématique du chic fantastique et de l’opulence homosexuelle.
 
Alors que la « house » s’est inévitablement répandue dans le grand public et a été usurpée par une nouvelle garde de créateurs (majoritairement) cis-blancs, si quelqu’un pousse le genre à revenir à sa place, c’est bien Honey Dijon. La DJ et productrice de Chicago a perpétué l’héritage des véritables pionniers de la house music, faisant évoluer son son à travers des influences modernes, de la techno berlinoise à la pop, mais sans jamais transformer sa house en l’un de ses nombreux sous-genres contemporains. Son son est classique, ancré dans l’histoire, mais conçu pour des oreilles contemporaines. Sur son dernier single, « Work », elle rend hommage aux sons et à la culture de la scène des salles de bal de Harlem, plus ouvertement que tout ce qu’elle a fait auparavant. C’est moins eurocentrique que La Femme Fantastique, et instantanément plus féroce que Downtown, l’amorce de la fête.



En s’associant au parolier Dave Giles II, à l’auteur-compositeur-interprète de Brooklyn Cor.Ece et à l’emblématique producteur house Mike Dunn, Dijon livre un morceau dégoulinant de l’énergie et du panache des salles de bal. Les beats frappent comme un death drop et l’approche légèrement maximaliste convient à la culture que Dijon évoque ici. L’incorporation d’éléments de jazz live comme une contrebasse, des cors et des percussions dans le mélange donne à la house classique de Dijon une âme profonde et sensuelle. Une ligne de basse modulante et bancale donne à « Work » un sentiment de flottaison vertigineuse. Cor.Ece joue ici le rôle de maître de cérémonie, ponctuant chaque battement d’une phrase pleine de culot comme « just centre yourself and see ». Les motifs et l’esthétique de la house des années 90 sont devenus de plus en plus présents dans la musique dance et pop au cours des deux dernières années, mais beaucoup d’entre eux ont réduit la forme à ses parties les plus essentielles.
 
Ce quatrième extrait de Dijon n’est pas comme les autres ; il est complexe, imprégné de la connaissance d’une archive qu’elle comprend par nature et à laquelle elle est capable d’accéder. Elle fait de « Work » un élément crucial, non seulement de son ambition en tant qu’artiste, mais aussi d’un renouveau de l’âme de la house music. Dernier single de son prochain LP Black Girl Magic, Work montre que Dijon est plus que jamais à la veille d’un changement culturel. Son orientation et son engagement à faire de sa musique à la fois une leçon d’histoire et un créateur de tendances ne pourraient pas être plus judicieux. Elle fait le travail, et il n’y a pas grand-chose d’autre à dire que dix sur toute la ligne.
 

Streamer/Commander le single « Work » Honey Dijon feat. Dave Giles II, Cor.Ece & Mike Dunn via Classic Music Company

 




Traduction de l’article original via theplayground.co.uk
 
Suivre Honey Dijon sur Facebook
Suivre Honey Dijon sur Instagram
Suivre Honey Dijon sur Twitter
Discographie de Honey Dih-jon Discogs
Regarder Honey Dijon sur YouTube
Écouter Honey Dijon sur SoundCloud
Honey Dijon sur Resident Advisor