You are currently viewing Lindstrøm réinterprête le single « Amnesia » de Radio Slave & Cagedbaby, premier remix de l’album <em>Venti</em>, via Rekids

Lindstrøm réinterprête le single « Amnesia » de Radio Slave & Cagedbaby, premier remix de l’album Venti, via Rekids



Single clé de la préparation de l’album « Venti » de Radio Slave, le titre « Amnesia », clairement baléarique, qui était le son de « Pikes » en 2023, est remixé par le pionnier norvégien du nu-disco, Lindstrøm, après la sortie de l’album Venti en mai 2024. Sur l’original, Matt Edwards s’est associé à un collaborateur de longue date, Cagedbaby, alias Tom Gandey, pour un morceau ensoleillé qui a reçu le soutien de David Holmes, Sean Johnston, Jennifer Cardini, Peter Kruder et Perel.

 
Sur le remix « Amnesia », Lindstrøm transforme le breakbeat downtempo de l’original de Radio Slave et Cagedbaby en un groove plus entraînant, avec des touches d’Euro-Dance des années 80 et 90 dans son breakdown de piano et sa basse de guitare trempée dans l’acide. L’artiste norvégien, connu pour ses fréquentes collaborations avec Prins Thomas et ses superbes travaux nu-disco, conserve la voix sulfureuse de l’original, proprement effacée dans le mix instrumental pour ceux qui recherchent un outil de club pour faire la fête dans cette ode à Ibiza.
 

© Radio Slave & Cagedbaby



À propos de Radio Slave :

 
Radio Slave, alias Matt Edwards, est l’un des poids lourds incontestés de la dance music. Après s’être fait un nom en tant que DJ dans les années 90, il est devenu le roi des edits, transformant des morceaux pop, R&B et indie en versions essentielles qui enflamment systématiquement les clubs. Depuis le milieu des années 2000, les compositions originales d’Edwards ont contribué à définir la musique de danse moderne, s’attaquant à la techno, à la house, au breakbeat, à la minimal et au disco, tout en explorant le dub, les sons baléariques et l’ambient à travers une myriade d’autres alias et projets.
 

À propos de Cagedbaby :

 
Thomas Gandey alias Cagedbaby est un polymathe de la musique électronique, connu pour son utilisation de la synthèse analogique, son songwriting et sa production. Il a travaillé avec d’innombrables artistes de genres contemporains variés au fil des ans. Gandey a un répertoire extensif de performances, de programmation et d’ingénierie, ainsi qu’une réputation d’excellent chanteur, claviériste et artiste live. Sa production incessante lui permet d’être crédité sur des centaines de productions dans les industries de la musique, du cinéma et de la télévision. Ici, vous êtes invité à explorer les nombreux services audio proposés, le corpus de travail qui les sous-tend et le studio bordelais où se produit la magie sonore.
 

À propos de Lindstrøm:

 

© Lindstrøm

 
Élevé au son de la musique country et western dans la banlieue de la ville pétrolière norvégienne de Stavanger, Lindstrom vit aujourd’hui à Oslo où il produit du disco contemporain et dirige son label Feedelity. Affirmer que « Hans-Peter Lindstrom se rapproche d’Henrik Ibsen et d’Ole Gunnar Solskjaer en tant que poster boy norvégien de choix » (citant un article sur le site web de Piccadilly Records) est évidemment très exagéré, mais son approche originale de la musique de danse fait actuellement sensation.
 
Après un flux constant de maxis et de remixes hautement acclamés pour des noms tels que Franz Ferdinand, LCD Soundsystem et The Juan Maclean, les attentes étaient élevées à l’égard de l’album de Lindstrom & Prins Thomas, qui marque également les débuts d’Eskimo Recordings en tant que long player. À en juger par la presse et les acheteurs de disques, l’album – que l’on pourrait décrire comme du space disco à tendance descendante avec une touche d’auteur-compositeur-interprète – a plus que répondu aux attentes. Qu’il s’agisse d’un site spécialisé dans la musique de danse ou d’un critique d’un journal à grand tirage, tous ont semblé remarquer que ces garçons n’étaient pas des créateurs de musique électronique comme les autres. (Pour éviter toute confusion : Lindstrom travaille à la fois en tant qu’artiste solo et en collaboration avec Prins Thomas).
 
Hans-Peter n’a jamais écouté de musique de danse en grandissant, et la première fois qu’il en a vraiment écouté, c’était il y a quelques années, en cherchant comment en faire. Il préfère les soirées tranquilles en famille, et Hans Peter ne sort jamais vraiment en boîte de nuit, à moins qu’il ne soit à Lindstrom. Sur le plan artistique, il a joué du piano dans une chorale de gospel et de l’orgue Hammond dans un groupe hommage à Deep Purple au début de la vingtaine, avant de s’intéresser à Bob Dylan et à la musique folk et country. Vers 1999, il en a eu assez de la musique, a vendu ses instruments et a quitté Stavanger pour étudier la littérature à l’université d’Oslo. Comme la retraite s’avère souvent insupportable pour les mélomanes, il s’est rapidement retrouvé à faire la manche dans les rues principales d’Oslo avec sa guitare. De fil en aiguille, il achète un sampler, emprunte quelques 12″ pour étudier la structure de la dance music et s’y met.
 
Il est impossible de déterminer les origines exactes de son originalité musicale, bien que l’on puisse en trouver des traces dans le parcours susmentionné. Issu de chorales de gospel, de groupes de country et de rock, sans aucune connaissance de la musique de danse, il est arrivé sur la scène plutôt libéré de toute notion préconçue de style et de paramètres de tendance. Il a gardé l’habitude de faire de la musique en jouant des mélodies sur de vrais instruments, et le fait qu’il joue de tous les instruments sur ses enregistrements – guitares, basse, claviers, batterie et percussions – lui permet de faire de la musique inspirée par ses influences du moment. La dernière fois que nous lui avons parlé, il écoutait surtout du rock et de la pop des années 60 et 70, et il estime que la musique de cette époque est beaucoup plus intéressante, à la fois en termes d’écriture de chansons et de valeurs de production.
 
Son premier succès a été le très jazzy « Granada », défendu par des personnalités comme Giles Peterson et François Kevorkian et signé sur de nombreuses compilations. Désireux de prendre sa carrière en main, il crée Feedelity Recordings – en référence au contraste entre le feedback et la haute fidélité – en 2003, et sort « the untitled EP », qui se vend d’abord à 150 exemplaires. Le titre inclus dans la compilation Chicken Lips DJ-Kicks a cependant fait le travail, et le récent monstre de club « I feel Space », qui s’est écoulé à plus de 17 000 exemplaires, raconte une histoire qui s’est finalement très bien déroulée.
 
Lindstrom jouit aujourd’hui d’un statut de culte dans les cercles de la musique de danse, et bien que l’humble homme lui-même semble tout à fait heureux de faire ce qu’il aime à une échelle souterraine, il sera intéressant de voir ce que l’avenir réserve au talent norvégien (Bio écrite par Marius Jøntvedt, mai 2006)


Commander/streamer le single « Amnesia feat. Cagedbaby » de Radio Slave via Rekids

 

 
Radio Slave:
Suivre Radio Slave sur Facebook
Suivre Radio Slave sur Instagram
Écouter Radio Slave sur SoundCloud
Radio Slave sur Resident Advisor
 
Cagedbaby:
Site officiel de Cagedbaby
Suivre Cagedbaby sur Facebook
Suivre Cagedbaby sur Twitter
Regarder Cagedbaby sur YouTube
Écouter Cagedbaby sur SoundCloud
 
Lindstrøm:
Site officiel de Lindstrøm
Suivre Lindstrøm sur Facebook
Suivre Lindstrøm sur Facebook
Suivre Lindstrøm sur Twitter
Discographie de Lindstrøm sur Bandcamp
Regarder Lindstrøm sur YouTube
Écouter Lindstrøm sur SoundCloud
Lindstrøm sur Resident Advisor