You are currently viewing Woolen débarque sur la scène éléctro-pop française avec son premier EP magistral intitulé « Particles Vol.1 » via Egoist Records

Woolen débarque sur la scène éléctro-pop française avec son premier EP magistral intitulé « Particles Vol.1 » via Egoist Records



Particles Vol.1, le premier EP de Woolen est un condensé du parcours artistique de ce multi-instrumentiste ultra-sensible. Un disque qui correspond à une prise de conscience du producteur francilien et lauréat du BPM Contest, qui a gagné en maturité après une période de difficultés. Un disque sur le thème de la résilience en quelque sorte, avec des couleurs noires, mais aussi – et surtout – de l’espoir.

 
A propos de son premier EP Woolen explique :
 
 

« C’est le premier disque sur lequel j’arrive à exprimer mes sentiments en entier »

 
 
Influencé par des artistes tels que Flume, The Blaze ou Parra for Cuva, le producteur aborde une électro tout en émotions avec tout d’abord « 02 », un titre intense sur lequel il se libère après avoir trop pris en compte le regard des autres. Ce grand romantique panse ses plaies en posant sa voix grave sur « IFLWY » (pour « I Fell in Love With You »), aussi onirique que mélancolique.
 
A propos de ce track, Woolen ajoute :
 
 

« Peu importe si j’ai un bon accent ou que mes paroles soient simples : j’avais besoin de dégager une émotion. »

 
 
Woolen utilise sur cet EP la technique de la synthèse granulaire chère à Flume, lui permettant d’intensifier encore la fièvre qui se dégage de sa musique et de proposer des textures sonores uniques et authentiques.
 
On retrouve ce mode opératoire sur « Flow », un morceau au rythme insaisissable doublé d’une basse grandiose qui prend au corps et au cœur. Le cœur, justement, est au centre de la pièce finale de cet EP : le single « Hard Time », accompagné de son clip immersif. Construit autour d’une entêtante boucle de piano dans une ambiance en clair-obscur, le titre est le symbole de la résilience d’un artiste qui a tout à bâtir.



À propos de « Hard Time » :

 
Pour le clip de “Hard Time”, le producteur francilien Woolen est parti « se faire du mal » dans la montagne. Pour retranscrire au mieux le concept du morceau, qui évoque la résilience de l’artiste face aux difficultés de la vie, l’équipe de tournage s’est placée dans des conditions extrêmes du côté de l’Alpe d’Huez. Dans une référence au film The Revenant d’Alejandro González Iñárritu, le clip nous plonge en immersion “Into the wild”.
 
Entre sommets enneigés et étendues glacées, prises de vues aériennes et caméra embarquée, la vidéo met en scène les tourments d’un aventurier parti en montagne et qui réalise que l’objectif qu’il s’est fixé était trop ambitieux, avant la chute finale… Un clip somptueux en forme de métaphore de la vie de l’artiste, qui a toujours su persévérer face à l’échec.
 



À propos de Woolen :

 

© Marie-Océane Vinot

 
Originaire de Fontainebleau, Woolen, 26 ans, est un autodidacte passionné et un musicien sensible. Après l’acquisition d’un premier piano à l’âge de 14 ans, il se met à la guitare, puis se lance très vite dans la composition électronique avant de publier ses premières compositions sur YouTube et les réseaux sociaux. S’il multiplie les hobbies (photo, snowboard, tournage de clips…), la graine est déjà plantée et le jeune Alexandre a déjà en tête un plan tout tracé pour devenir musicien professionnel. En parallèle de ses études d’ingénieur, il sort en 2019 un premier EP autoproduit intitulé Romantique, de la musique électronique plutôt chill à la Fakear, un disque qu’il fera presser en CD à 500 exemplaires grâce à un crowdfunding, avant de faire ses premiers pas sur Spotify.
 
Le jour, il mène donc une carrière d’ingénieur dans l’automobile (en Formule E), qui l’envoie un peu partout dans le monde et lui permet de financer ses projets artistiques en achetant du matériel audiovisuel. Le soir, en rentrant du boulot, il se réfugie dans la musique et compose toute la nuit des morceaux qui agissent comme une thérapie pour booster sa confiance en lui.
 
Woolen explique :
 
 

« J’ai commencé à composer parce que j’étais un peu seul, j’avais l’impression de ne pas être reconnu à ma véritable valeur. Donc je me suis enfermé, j’ai beaucoup bossé, pour avancer, me libérer et m’ouvrir sur les autres, parce que la musique, c’est avant tout un partage. »

 
 
En juin 2021, Woolen (qui se fait encore appeler Line Five) décide de faire un break dans la production de morceaux pour se consacrer à une nouvelle aventure dans la promotion musicale sur le digital. Mais le destin se charge de le ramener sur le droit chemin.
 
L’artiste se livre une nouvelle fois :
 
 

« Ma santé mentale en dépendait, il fallait que je fasse une pause, je menais trop d’activités en même temps. Mais à ce moment-là, je reçois un mail du BPM Contest. C’est un concours que je visais depuis quelques années déjà. Et là, on me dit que je suis sélectionné parmi 400 candidats pour proposer un live. Du coup, je suis obligé de repartir dedans. »

 
 
L’invitation du BPM le regonfle à bloc après avoir essuyé plusieurs refus de labels manquant d’audace. Il décide alors de préparer un live avec tous les morceaux inédits qu’il accumulait depuis un an et demi sur son disque dur. Bien lui en a pris : son électro raffinée, minimaliste et remplie d’émotions, quelque part entre Flume, The Blaze et Parra for Cuva, séduit le jury du BPM et Woolen fait partie des trois lauréats de l’édition 2021.
 
 

Commander/streamer l’EP « Particles Vol.1 » de Woolen disponible dès maintenant via Egoist Records


 

 
Regarder Woolen sur YouTube
Écouter Woolen sur SoundCloud
Suivre Woolen sur Facebook
Suivre Woolen sur Instagram