Les documentaires sonores : des années 90’s à maintenant

  • Home
  • CHRONIQUES
  • Les documentaires sonores : des années 90’s à maintenant
06Jan

chronique_tronique_5

De nombreux documentaires sur la musique électronique existent, et ce depuis sa naissance jusqu’à maintenant.
Celui qui nous vient spontanément à l’esprit est certainement Modulations de Lara Lee (1998).
D’autres citeront le mythique Summer of Rave sorti en 1989 ou le mythique Pump up the volume de Alan Moyle [1990].
Mais le plus significatif, le plus parlant d’entre eux est Universal Techno de Dominique Deluze. Apparu en 1996 en VHS, il est une référence en la matière.
Le journaliste part sur les traces des icônes de cette musique, celle qui deviendra la musique de demain : la « House music ».
Interviewant des légendes comme Juan Atkins ou Karl Hyde [moitié du mythique groupe anglais Underworld], nous pénétrons dans une dimension spirituelle.

4 ans plus tard, en 2000, le format DVD fait son apparition et nombre de réalisateurs, artistes et musiciens s’en servent pour promouvoir leur musique. Ils la rendent plus accessible, plus ludique et moderne.
[Notons qu’autrefois le moindre document ‘underground’ était diffusé sur Arte dans la nuit de mardi à mercredi… Dur pour tous les afficionados qui devaient se lever tôt le lendemain pour aller bosser.]

Voici quelques films, documentaires et visual-arts qui ont fait parler d’eux :

Souvenez-vous en 2004, un concept intelligent sortait!
Labland est une succession de clip-arts inédits agrémentés d’une bande-son originale.
Un projet qui a suscité l’intérêt des critiques et mélangés deux milieux artistiques (graphisme et musique) de se réunir autour d’un projet commun.
A l’origine de cette démarche le duo composé de Gernot Bronsert et Sebastian Szary aka Modeselektor et le collectif Pfadfinderei.

En 2006, Feiern: don’t forget to go home de Maja Classen voyait le jour.
Dans ce documentaire de 80 minutes, de nombreux témoignages de dj’s, artistes et gérants de club y sont présentés. On apprécie la parole libre et le « life-style » de ses protagonistes. Ricardo Villalobos, Pigon ou encore Nick Hoppner apparaissent à l’écran. Tout en partageant leurs expériences, chacun se rattache à celle qui leur a donné l’opportunité de s’exprimer ainsi : Berlin.

En 2008, c’est le film Berlin Calling du réalisateur Hannes Stoehr qui marque l’année.
Le long métrage est visionné partout dans le monde. Paul Kalkbrenner [celui qu’on ne présente plus] joue le rôle principal et signe la B.O. du film.
La capitale allemande [re]devient le berceau de la musique électronique et Paul Kalkbrenner son ambassadeur.

2 ans plus tard, un documentaire américain de 98 minutes intitulé Speaking In Code apparaît en DVD [Square productions]. Amy Grill, la réalisatrice et David Day son mari se déplacent dans différents pays pour rencontrer une diversité d’acteurs bien établis dans le mouvement électronique. Des Etats-Unis à L’Europe, le couple côtoie Modeselektor, Ellen Allien ou encore Michael Mayer.
Un document dense et trouble qui demandera plus de 5 ans de tournage et coûtera la rupture des deux tourtereaux… Si c’est vrai.
Une véritable aventure qui se déroule dans plus de 11 villes et 5 pays.

Après cette longue et chiante lecture, [re]regardez Universal Techno de Dominique Deluze (1996) parce que c’est tout simplement bon et intéressant.

Regarder The story of street-rave sur YouTube

Regarder Modulations de Lara Lee sur YouTube

Regarder Summer Of Rave sur YouTube

Regarder Pump up the volume de Alan Moyle sur YouTube

Commandez les dvds de Speaking in code et Labland en ligne ici

Speaking_In_Code_Cover labland_cover

[Vous aimerez aussi lire ces Pépites]


  Documentaires sonores [À l'honneur]

  Philip Sherburne : musical ink

  Pierre Henry : The Concrete Man


[Stay Tuned]


[Rejoins la communauté]
[Une Pépite de boutique]