You are currently viewing Levon Vincent signe un nouvel album intitulé « Silent Cities », influencé par les atmosphères de New-York et Berlin

Levon Vincent signe un nouvel album intitulé « Silent Cities », influencé par les atmosphères de New-York et Berlin



Pour Levon Vincent, originaire de New York, le son de la ville est le son de la maison, un espace qu’il comprend de manière inhérente et complexe. Le DJ et producteur est un peu nomade, ayant adopté Berlin et Londres comme foyers, mais ce sont les rues, les sons et la culture de New York qui l’ont véritablement façonné. Son dernier LP, Silent Cities, est une sorte d’ode aux paysages et aux ambiances sonores de la ville, enregistrée pendant un huis clos dans un Berlin désolé. Il s’éloigne de son habituelle techno big room et prend plutôt la forme de morceaux d’electronica glitchy, au déroulement régulier.

 
Silent Cities explore l’environnement urbain d’un point de vue domestique, une collection de morceaux à combustion lente qui puisent dans le hip-hop, le krautrock et l’ambient. Vincent s’intéresse aux aspects plus calmes de la vie urbaine, en dehors de l’agitation habituelle. Au contraire, « Silent Cities » se faufile dans son paysage urbain avec précaution et aisance, créant de petits dioramas sonores de la vie dans la métropole imaginée par Levon. Naturellement, la musique passe par des nuances de lumière et d’obscurité. Le track « Sunrise » déborde d’un optimisme plein d’espoir, avec un arpège étincelant qui va et vient sur des percussions vives et parfois épiques.
 
On peut presque sentir les rues de cette ville s’animer. « Gattaca » est mené par un riff de piano pensif qui est à la fois confortable et mélancolique, rappelant l’énergie d’un trajet quotidien. Vincent explore l’obscurité et la crasse de la vie urbaine sur des titres comme « Birds » et « Wolves ». « Birds » est une formulation trap inquiétante avec des rythmes épars et des accents industriels grinçants, tandis que le trip-hop de « Wolves » se cache avec un sentiment de danger et de tension grâce à ses booms de sous-basse avant de se transformer en un hymne triomphant au synthé.
 
Levon Vincent parvient à créer une expérience totalement immersive, en grande partie grâce à la façon dont il laisse la musique de « Silent Cities » se développer et évoluer. Son travail sur les synthétiseurs analogiques donne à la musique un aspect familier et nostalgique, et emprunte comme il se doit au futurisme urbain de la pop urbaine et de la synthwave. La fusion de cette modalité avec les sensibilités de la rue du hip-hop et la rêverie du shoegaze donne une expérience viscérale et souvent magnifique. Levon Vincent explique que Silent Cities s’éloignait des préoccupations dancefloor de ses précédents travaux, suggérant que l’album se comprend mieux avec des écouteurs tout en se promenant dans la ville. Les accords mélancoliques de la chanson titre capturent cette énergie ; une exploration de tout ce que la ville a à offrir lors d’un voyage sans destination précise. C’est une musique qui vous emporte dans sa complexité et son attention aux détails, un ensemble d’œuvres étonnamment réalisées qui montrent que Levon Vincent ne se contente pas de frapper quatre fois sur le sol.
 
 


 
La majorité des démos de Silent Cities ont ainsi été enregistrées avant la pandémie – lorsque Levon Vincent se trouve un studio en dehors de chez lui, dans sa ville d’adoption, qu’est Berlin. C’était la première fois dans sa carrière qu’il travaillait en dehors de sa chambre. Le fait de prendre le métro ou de faire du vélo pour « aller au travail » à Berlin a créé une nouvelle ambiance dans sa musique, en utilisant les allers-retours pour s’inspirer – en faisant la navette comme un habitant de New-York qui se sent toujours comme un touriste à Berlin, avec une paire d’écouteurs, en regardant par la fenêtre du train, ou en s’arrêtant sur les ponts et en garant son vélo pour apprécier la ligne d’horizon de Berlin. Puis la pandémie a frappé et le « travail » s’est arrêté. Levon avait enregistré tellement de matériel au cours de cette année en studio, hors de chez lui, que cela semblait être un point d’inflexion pour lui d’alléger le poids des possessions qu’il portait.
 
À propos de son dernier album, Silent Cities, le producteur s’exprime :
 
 

« Les gens proches de moi m’ont vu donner régulièrement des synthés et du matériel et j’ai donné ma collection de disques tous les deux ou trois ans pendant toute ma vie. En tant qu’artiste en difficulté dans la vingtaine et ayant travaillé dans des magasins de disques pendant toute cette période, j’ai appris que se déplacer constamment avec 12 000 disques n’était pas une façon de vivre. Donc, à la lumière de la pandémie, j’ai créé une boutique en ligne et vendu tout mon matériel musical. J’ai également créé une boutique séparée pour toutes mes baskets et mes vêtements. Ça va, ça vient. Cela m’a procuré un revenu au compte-gouttes qui m’a bien servi pendant la pandémie et m’a permis de me concentrer sur mon art et ma musique. En me débarrassant de tous mes biens, j’ai eu l’impression qu’on m’enlevait un poids de mes épaules et j’ai pu garder le cap et me consacrer à ma musique. J’ai eu besoin de deux années supplémentaires pour mixer et arranger le LP. S’il n’y avait pas eu la pandémie, je n’aurais pas pu faire ce type de LP, donc à la lumière de tout cela, j’ai pu transformer une période déprimante en quelque chose de durable et musicalement très positif ».

 
 
Nous pouvons entendre comment son approche de la sortie d’une cassette conserve l’éthique du « Medium is the Message ». Silent Cities est un album enveloppant et chaleureux sur les souvenirs de la vie et l’incarnation.



À propos de Levon Vincent :

 

© Levon Vincent

 
Né à Houston en 1975, la vie de Levon Vincent a changé radicalement lorsque ses parents ont déménagé leur famille à New York en 1981. Déraciné de ce qu’il connaissait, le choc, le changement de Houston à New York à l’âge de 6 ans, est constamment évoqué dans la production musicale de Levon au fil des ans. La famille de Levon a déménagé dans et autour de New York de 1981 à 2010, jamais à plus d’un kilomètre ou deux du WTC. Il a vécu dans le Lower East Side pendant son adolescence et au début de la vingtaine. Cette période et ce lieu sont également un grand thème récurrent dans sa musique, car il essaie de faire comprendre comment le style de vie et le mélange des cultures du « centre-ville » l’ont tant affecté à un jeune âge.
 


 
Il s’est fait les dents en travaillant dans les magasins de disques du sud de Manhattan et, alors qu’il travaillait au magasin Halcyon Record à Brooklyn, il a contribué (avec DJ Jus-Ed) à la création de la vague connue sous le nom de « NYC House Renaissance » vers 2010. Pendant les années 2000, il a étudié le post-minimalisme du 20e siècle au Purchase College de New York, sous la direction de James McElwaine (qui a également produit le LP de Man Parrish, intitulé Self-Titled proto-hip-hop debt). Levon a eu la chance d’étudier la théorie avec le compositeur d’avant-garde Dary John Mizelle et l’orchestration avec le chef d’orchestre Joel Thome. Il a suivi des masterclasses avec Philip Glass et a également été stagiaire chez John Kilgore, l’ingénieur de Steve Reich, où il était présent lors de sessions de mixage notables telles que « Violin Phase ».
 
Le post-minimalisme reste clairement une de ses influences, sans parler des premiers sampler stars du freestyle et de la synth pop des années 80. Le mélange d’influences aussi vastes est quelque chose que Levon Vincent exécute formidablement bien. Le premier morceau, « Everlasting Joy », se déroule sur un tempo de 96 BPM, reflétant des influences formatrices comme « Rainforest » de Paul Hardcastle ou « Moments in Love » d’Art Of Noise.
 
Le producteur new-yorkais explique :
 
 

« Ces types de chansons ont été une grande révélation pour moi quand j’étais jeune, parce que c’est là que j’ai réalisé que les chansons de la culture populaire ne devaient pas nécessairement se limiter à 3 minutes, et qu’elles n’avaient pas besoin d’être chantées non plus. « Everlasting Joy » est donc une chanson avec cette intention, une chanson qui pourrait être adaptée à la radio, malgré son long arrangement et sans chant. On pourrait dire qu’elle a été inspirée par 107.5 à NY, car c’était une station que j’écoutais beaucoup dans les années 1980. »

 


Streamer/Commander le LP SILENT CITIES de Levon Vincent via Bandcamp

 

 
Tracklist de Le l’album Silent Cities :
 
01. Levon Vincent – Everlasting Joy
02. Levon Vincent – Gattaca
03. Levon Vincent – Sunrise
04. Levon Vincent – Birds
05. Levon Vincent – Wolves
06. Levon Vincent – Tigers
07. Levon Vincent – Mother Earth
08. Levon Vincent – Moonlight
09. Levon Vincent – Silent Cities
10. Levon Vincent – Mother Amazon
11. Levon Vincent – Sunset
 
Suivre Levon Vincent sur Facebook
Suivre Levon Vincent sur Instagram
Suivre Levon Vincent sur Twitter
Discographie de Levon Vincent sur Discogs
Écouter Levon Vincent sur SoundCloud
Levon Vincent sur Resident Advisor