You are currently viewing Soichi Terada, icône de la house au Japon, revient sur le devant de la scène avec un LP grandiose intitulé « Asakusa Light » via Rush Hour

Soichi Terada, icône de la house au Japon, revient sur le devant de la scène avec un LP grandiose intitulé « Asakusa Light » via Rush Hour



Il y a sept ans, le nom de Soichi Terada est revenu dans l’actualité culturelle. Jusque-là, le producteur japonais était resté discret, mais ce temps mort n’était pas immérité. Après tout, Terada était l’un des artistes responsables de l’orientation de la house japonaise à la fin des années 90 et dans les années 2000. Par le biais de son label Far East Recordings, il a créé une deep house qui s’inspire aussi bien de la jungle que des instruments orientaux, fusionnant son identité culturelle et son point de vue dans une forme de musique qui, à l’époque, était dominée par l’Europe.

 
Le son de Soichi Terada a eu une influence considérable sur l’orientation de la musique de club, et son penchant pour les synthés rétro et l’esthétique qui repousse les limites l’a amené à composer des bandes sonores pour des jeux PlayStation. Mais à mesure que les goûts évoluaient et changeaient, Terada s’est retiré plutôt que de céder aux tendances. Il avait besoin de temps pour reformuler son prochain mouvement après un sommet qui a inévitablement changé la direction d’un genre et modifié la façon dont les gens pensaient aux possibilités de la musique dans les jeux vidéo. Sa réapparition en 2015 n’était pas en pleine forme ; Sounds from the Far East était une compilation rétrospective des travaux quelque peu oubliés de Terada dans les années 90, sortie pour jouer sur le terrain de la scène contemporaine. L’essai s’est avéré concluant, et Terada était à nouveau sous les feux de la rampe de la house music.
 
Suite à ce regain d’intérêt pour son travail, le producteur a commencé à créer de nouveaux titres. Le résultat est Asakusa Light, son premier album d’œuvres originales en 25 ans. Le timing ne pourrait être plus parfait. La nostalgie est devenue une monnaie d’échange puissante dans la musique de danse ces derniers temps. Après le verrouillage mondial et une vague de musiciens électroniques cherchant à créer une musique inspirée par l’expérience de l’isolement, le monde est prêt à danser à nouveau. Il en découle une envie de retrouver un temps plus sûr, un espace familier et une époque révolue de la culture des clubs. Le mouvement esthétique de l’an 2000 est à son apogée. Et le son de la house classique des années 90 est ravivé sur le circuit des clubs par des gens comme Honey Dijon ou Weiss, et fait même son chemin dans le grand public par le biais de Gaga et Grimes. Terada s’inscrit incroyablement bien dans cette conversation. Il semble aussi en être conscient.



Asakusa Light est un album créé avec les mêmes synthétiseurs vintage qu’il a utilisés pour composer ses bandes originales d’Ape Escape et les mêmes boîtes à rythmes qui ont fait battre le cœur de sa maison des années 90. C’est un exercice de nostalgie, inspiré par le passé, mais Terada mise sur le présent. Parlant des points d’origine de l’album, Terada a noté : « J’ai essayé de me rappeler mes sentiments d’il y a 30 ans, mais quand j’ai essayé, j’ai trouvé cela super difficile. » La clé qui lui a permis d’accéder à ces archives est passée par ses instruments. « J’ai essayé différentes méthodes, notamment en déterrant mes anciennes données MIDI et en composant en me souvenant d’anciennes expériences. » Ainsi, Asakusa Light retrace non seulement la reconquête du dancefloor par Terada, mais aussi une reconquête de soi.
 
La musique de cet album est classique, familière, mais l’avantage du matériel d’enregistrement contemporain signifie que la maison de Terada n’a jamais sonné aussi brillante et pleine de vie. « Bamboo Fighter » reprend un riff house familier et l’enrichit d’une ligne de basse grumeleuse, tandis que des vagues de synthés reto déferlent sur le fond. Puis, ce qui pourrait être un échantillon vocal élégant sur « Crystal Waters » qui arrive à la place sous la forme d’un refrain shakuhachi. L’effet est tout aussi, sinon plus, raffiné et séduisant que n’importe quel échantillon. Double Spire est un piano house classique et brillant, tout comme « Marimbau », bien que ce morceau comporte également des blips 8-bit, des accents de jeux vidéo et des phrases de percussion trip-hop.
 
« Marimbau » semble prendre toutes les parties qui composent Terada, de ses origines hip-hop à ses compositions de jeux vidéo, et les fusionner dans une rétrospective luxuriante de quatre minutes. Les floraisons de jeux vidéo se poursuivent ailleurs aussi. Sur « From Dusk », ils ajoutent une énergie new wave imbibée de néon à un morceau house autrement moelleux, tandis que « Takusambient » s’ouvre sur des blips 8-bit qui résonnent dans l’espace. Si Terada revisite indéniablement le passé à travers Asakusa Light, il parvient à éviter de tomber dans une formule. Si ses choix et la palette esthétique de la musique sont ancrés dans le passé, ils sonnent plus classiques que datés.



La musique de Terada a toujours été impeccablement réglée ; épurée, simple et nette. Son habileté à tisser des notes chaudes et terreuses d’instrumentation organique avec des synthétiseurs de type extraterrestre et des lignes de basse ondulantes est inégalée, ne produisant jamais rien qui risque de sonner boueux ou désynchronisé. Cela donne une écoute incroyablement propre. Asakusa Light rebondit, scintille et parfois se dissout dans le monde qui l’entoure, baignant tout dans son éclat ensoleillé, éclairé au néon. C’est un peu un moment de boucle, pas tant un retour qu’un retour à la maison. Le fait que Terada réapparaisse à un moment où le son qu’il a contribué à façonner est plus pertinent que jamais, sa présence n’est pas simplement nécessaire. Elle est essentielle.
 

À propos de Soichi Terada :

 

© Soichi Terada

 
Soichi Terada a longtemps été un bastion de la charmante house music au Japon. Une récente présentation de son travail par Hunee – Sounds From The Far East – sur le label Rush Hour, a cependant attiré l’attention du public occidental sur son son agréablement naïf mais à forte résonance émotionnelle, et il est maintenant en tournée avec un spectacle complet. Au cours d’une longue carrière qui remonte aux années 80, Terada est à l’origine des bandes sonores de jeux vidéo tels que Ape Escape, ainsi que d’innombrables sorties sur son label Far East Recordings aux côtés de son ami Shinichiro Yokota.
 

Commander/Streamer le LP Akusa Light de Soichi Terada via Rush Hour

 




Tracklist de Asakusa Light :
 
01. Silent Chord
02. Double Spire
03. Bamboo Fighter
04. Diving Into Minds
05. Marimbau
06. Takusambient
07. Soaking Dry
08. From Dusk
09. Runners
10. Blinker
11. Epoxy Lamp
 
Traduction de l’article original via theplayground.co.uk
 
Site officiel de Soichi Terada
Suivre Soichi Terada sur Facebook
Suivre Soichi Terada sur Twitter
Suivre Soichi Terada sur Instagram
Écouter Soichi Terada sur SoundCloud